dimanche 17 février 2008


les Rotondes un couac dans la campagne ? à partir d'un article de La Marseillaise du 15 février

Dans sa conférence de presse, avec leprésident de la chambre de commerce, mardi, Madame Roig aurait avancé le projet de l'achat par laville du dépôt SNCF, pour en faire une salle de concert. Un "lieu servant de garage aux trains fonctionneà vitesse réduite".

réactions

Pascal Chevalier secrétaire du syndicat CGT d'Avignon : curieux que "Madame le Maire ait une telle méconnaissance du seul dépôt SNCF de sa ville, après plusieurs mandats... près de 400 agents y travaillent quotidiennement.."
Michèle Fournier-Armand,candidate PS PRG : "faire des rotondes, haut lieu de la mémoire ouvrière, une salle de concert alors que la SNCF refuse de vendre, démontre l'absence de sérieux des projets de Marie-José Roig, et" son " mépris pour l'intelligence des avignonnais et des avignonnaises"
André Castelli, liste de rassemblemet à gauche : "consternant et révoltant... Ne sachant plus que trouver pour tenter d'échapper à son lourd bilan économique et social, Marie-José Roig, candidate de la droite sarkoziste, se lance avec la chambre de commerce et d'industrie dans des propositions où le ridicule côtoie l'inacceptable".

cependant

Le directeur de communication de la mairie, mercredi soir : "Une salle de concert sur le dépôt des Rotondes ne figure pas au programme de Marie-José Roig" (ou ne figure plus, un jour après ?) "De même que la construction d'un dépôt en lieu et place de celui des Rotondes n'est pas envisagé".
Pascal Chevalier fait remarquer, qu'outre leur importance historique, actuellement le dépôt des Rotondes "est l'un des principaux sites de maintenance des locomotives Fret de France... et des engins de grande ligne, TER, circulant sur la zone d'Avignon." C'est "la bagatelle de 393 emplois, 393 familles et autant" (plus ?) "de consomateurs, d'usagers pour le bassin d'emploi avignonnais et le commerce"

alors, simple couac ?

1 commentaire:

Bruno Lamothe a dit…

Pas mieux que le responsable CGT : on se demande comment quelqu'un qui dirige la ville depuis si longtemps peut ignorer à ce point la vie de sa cité et son activité économique. C'est effrayant.